, ,

Aigremoine

plante médicinale

L’Aigremoine (Agrimonia eupatoria) est une plante herbacée vivace, rustique, et facile à cultiver. Elle fleurit tout l’été par ses hampes florales jaunes dressées sur de grosses touffes vertes. Elle convient parfaitement pour un coin sauvage de jardin.

Botanique
Constituants, propriétés et vertus
Conseils de Maria Treben
Utilisation et indications thérapeutiques
L’Aigremoine vue par le Dr Bach

Histoire de l’Aigremoine

AigremoineSi l’aigremoine était déjà utilisée à la Préhistoire, ses vertus curatives n’ont été découvertes que dans l’Antiquité. Elle était alors exploitée pour traiter les troubles du foie ou apaiser les morsures de serpent. Elle est anti-inflammatoire, antispasmodique et peut soigner les angines, les plaies ou les ulcères variqueux.

Dioscoride l’appelle eupatorion. Si la Collection des traités hippocratiques ne fait nulle mention de cette plante, Dioscoride lui attribue des propriétés astringentes, cicatrisantes et antidiarrhéiques.

Pline, peu prolixe, l’indique en cas de dysenterie, et Galien d’obstruction du foie, toutes informations déjà présentes chez Dioscoride : « La graine et la plante, bues dans du vin, guérissent ceux qui sont atteints de dysenterie, ceux qui souffrent du foie ». Voilà, grosso modo, à quoi sert l’eupatoire des Anciens durant l’Antiquité.

Au IX ème siècle, Walafrid Strabo rend hommage à l’aigremoine en soulignant ses propriétés stomacales et vulnéraires surtout : « Si jamais quelque fer meurtrier inflige à nos membres une blessure, il est conseillé d’appeler au secours l’aigremoine et d’appliquer sur la plaie béante ses pousses fines coupées ».

Trois siècles plus tard, Hildegarde de Bingen mentionne dans ses écrits une Agrimonia, qu’elle désigne comme un remède de la gorge et de la poitrine, ainsi que de l’estomac.

Malheureusement aujourd’hui, l’aigremoine, devient de moins en moins commune, de par l’usage des herbicides.

Légende

Selon la légende, les Grecs de l’antiquité apaisaient les problèmes oculaires avec l’aigremoine, et les Anglo-Saxons l’utilisaient pour le traitement des blessés.

Aigremoine ou Agrimonia eupatoria. Eupatoria fait référence au roi du Pont né au II ème siècle avant J.-C., Mithridate VI, dit le Grand. La légende, rappelée par Olivier de Serres au début du XVII ème siècle, voudrait que ce roi ait donné son surnom d’Eupator à cette plante qu’est l’aigremoine, lui assurant ainsi sa réputation. En ces temps reculés, l’aigremoine ne se nomme pas encore ainsi puisqu’eupatoire restera son nom de l’Antiquité jusqu’au XVII ème siècle.

Botanique

Agrimonia eupatoriaAppelée herbe de Sainte Madeleine, herbe de Saint Guillaume ou plus communément herbe d’eupatoire, l’Aigremoine est une plante médicinale d’Europe, où elle pousse dans les climats tempérés.

L’Aigremoine eupatoire (Agrimonia eupatoria) est plante herbacée vivace nithrophile, rhizomateuse, est de la famille des Rosacées (Rosaceae), commune dans toute l’Europe.

Sa tige est velue, rougeâtre, non ramifiée, sauf à son extrémité, et porte une rosette basale de feuilles composées de 3-6 paires de folioles principales entre lesquelles s’intercalent des paires de folioles plus petites. La tige était utilisée pour ses propriétés tinctoriales (teinture jaune d’assez bonne qualité).

Les fleurs sont jaunes assemblées en grappes terminales de petites fleurs jaunes à 5 pétales, parfumées, s’élevant jusqu’à 80 cm du sol.

Les fruits sont de tout petits akènes, marqués de sillons. Ils possèdent des poils crochus à leur sommet et se détachent facilement, ce qui facilite leur dissémination par les animaux ou les êtres humains.

AigremoineSa taille varie de 40 à 100 cm. Vivace à rhizome épais, brun et noueux, elle porte une tige généralement non ramifiée, velue, dotée de feuilles composées de folioles découpées et dentées. En haut des tiges, de petites fleurs jaunes d’or s’égrènent une à une jusqu’au sommet.

Si l’aigremoine fleurit durant de longs mois (juin à septembre), ses fleurs, une fois écloses, se fanent en quelques jours. Il ne faut donc pas tarder pour en réaliser la cueillette. Puis elles laissent place aux fruits, de forme conique, mesurant chacun 1 cm. Ceux-ci ont la particularité de porter une couronne de griffes qui se raidissent à maturité, ce qui leur permet, tout comme les teignes de la bardane, de s’accrocher aux vêtements ainsi qu’aux poils des animaux de passage, assurant de cette façon un mode de transport original nommé zoochorie.

La récolte de l’aigremoine se fait essentiellement en juillet et août. Ce sont ces têtes fleuries ou sommités qui sont récoltées. Ses fleurs sont jaunes et elles sont regroupées en grappes.

Habitat

AigremoineL’aigremoine est une plante herbacée qui pousse sur des terrains secs, argileux et ensoleillés, tels que les talus, champs, prés, pelouses sèches, près des bois et même sur le bord des routes.

Elle apprécie autant les basses altitudes que la moyenne montagne (1 000 m).

Constituants de l’Aigremoine

• Tanins (teneur élevée)
• Flavonoïdes
• Coumarines
• Vitamines K et P
• Silice

Propriétés et vertus

AigremoineAntidiabétique : qui aide à diminuer le taux de sucre dans le sang
Anti-inflammatoire : qui combat l’inflammation
Antidiarrhéique : contre la diarrhée
Antispasmodique : qui aide à faire cesser les spasmes et les contractions musculaires
Astringente : qui resserre les tissus
Cicatrisante interne comme externe : qui favorise la cicatrisation
Décongestionnante : qui apaisé et diminue la congestion
Digestive : qui facilite la digestion
Diurétique : qui favorise l’élimination des liquides
Emménagogue : qui facilite les règles
Vulnéaire : favorise la guérison des plaies et des blessures

Usages

Aménorrhée : absence de menstruations
Angine : inflammation aiguë de la gorge
Aphtes : ou ulcères buccaux
Asthme : inflammation des voies respiratoires
Diabète : taux de sucre élevé dans le sang
Diarrhée : besoin urgent d’évacuer les selles
Aigremoine - boutonsMal de gorge : inflammation de la gorge
Obésité : augmentation des cellules adipeuses
Troubles de la sphère digestive : dysenterie, diarrhée, gastrite, entérite, atonie stomacale, flatulence, hématémèse
Troubles de la gorge et de la bouche : angine, toux, pharyngite, amygdalite, extinction de voix, stomatite, glossite, gingivite
Troubles de la sphère urinaire et rénale : lithiase rénale, colique néphrétique, cystite, incontinence urinaire, albuminurie, glycosurie
Troubles de la sphère hépatobiliaire : insuffisance biliaire, cholécystite, colique hépatique, hépatisme chronique, jaunisse, diabète
Affections cutanées : plaie (infectée, atone, torpide), ulcère, ulcère variqueux, dermatite
Troubles locomoteurs : contusion, enflure, foulure, luxation, rhumatisme, névrite

Gustatif

Ses infusions au goût agréable sont traditionnellement consommées en tant que boisson tonique astringente.

Précautions

Certaines plantes entrent en contradiction avec certains médicaments. Consultez d’abord votre médecin ou votre pharmacien.
L’aigremoine est déconseillée aux personnes qui suivent un traitement contre l’hypertension ou l’hypotension.
Aux doses couramment utilisées, l’aigremoine n’a pas d’effets indésirables connus. Elle peut, néanmoins, entraîner une photo dermatose.
L’aigremoine ne doit pas être prise en même temps que des médicaments antihypertenseurs diurétiques et elle est déconseillée avec les antivitamines K.

Conseils d’utilisation de Maria Treben

L’Aigremoine (Agrimonia eupatria), appellée également herbe de Saint Guillaume, eupatoire des Anciens. Le nom eupatoria, eupatoire, dériverait de Mithridate Eupator, roi du Pont, qui aurait introduit la plante pour ces vertus médicinales, et l’aigremoine est encore appelée en allemand « Koenigskraut », herbe du roi, ce qui montre bien son importance.

AigremoineElle pousse dans des endroits ensoleillés et secs, aux bords des sentiers et des bois, à la lisière des champs et sur les talus, sur les collines et les versants, dans des clairières claires et près des ruines. Comme pour la molène, ses petites fleurs jaunes forment un long épi. Toute la plante est velue, les poils étant doux, les grandes feuilles atteignent une longueur de 10 cm et sont pennées. La plante atteint une taille de 80 cm et appartient à la même famille que l’alchémille. L’on cueille la plante en fleurs pendant la floraison de juin à août. L’histoire de cette plante médicinale remonte, comme pour beaucoup d’autres simples, à très loin.

Les anciens Égyptiens la connaissaient déjà. L’aigremoine possède de grandes vertus thérapeutiques pour toutes les inflammations de la gorge, de la bouche et du larynx.

L’on devrait penser à elle en cas d’angine, de maladies de la gorge, de stomatite nécrotisante ou d’inflammation des muqueuses buccales. Les personnes qui parlent ou chantent beaucoup de par leur profession devraient faire des gargarismes avec de la tisane d’aigremoine à titre préventif.

Les feuilles ont un excellent effet en cas l’anémie et de plaies et sont utilisées avec succès en cas de rhumatismes, de lumbago, de troubles digestifs, de durcissement du foie, de blocage du foie et de maladies de la rate. On peut boire quotidiennement jusqu’à deux tasses de tisane.

Chacun devrait se donner le mal de prendre une à deux fois par an un bain aux herbes à la décoction d’aigremoine (voir « Formes d’utilisation » ). Les enfants scrofuleux devraient prendre tous les jours un bain à l’aigremoine.

L’aigremoine compte parmi nos meilleures plantes médicinales, grâce à son effet astringent et à ses substances thérapeutiques. Le docteur Schierbaum déclare « Boire trois fois par jour une tasse de tisane guérit les dilatations du cœur, de l’estomac, de l’intestin et des poumons, et également les maladies des reins et de la vessie lorsque ce remède est utilisé pendant une certaine période de temps. ».

La pommade à l’aigremoine est vivement conseillée en cas de varices et de tumeurs de la jambe (voir « Formes d’utilisation ») ; cette pommade est utilisée dans à peu près les mêmes cas que la pommade de souci. En cas de maladies du foie, une tisane mixte composée de 100 g d’aigremoine, 100 g de gaillet et 100 g d’aspérule odorante est conseillée. L’on en boit une tasse par jour à jeun, et deux tasses réparties dans la journée.

Formes d’utilisation de l’Aigremoine

Hormis pour la pommade, seules les sommités fleuries sont utilisées.
Usage interne
Préparation de la tisane
 : ébouillanter une cuillerée à café d’herbes avec 1/4 de litre d’eau. Laisser infuser rapidement.

Tisane mixte contre les maladies du foie mélanger à parts égales de l’aigremoine, du gaillet et de l’aspérule odorante.
Ébouillanter 1 cuillerée à café bombée par 114 de litre d’eau, laisser rapidement infuser.

Usage externe
Bains aux herbes : prendre 200 g d’herbes pour un bain complet. (voir « Généralités » sous « Bains complets »).

Cataplasmes mettre trois cuillerées à soupe d’aigremoine dans 100 millilitres d’eau. Faire chauffer lentement dans un chaudron. Quelques minutes suffisent. Ensuite badigeonner la plaies plusieurs fois par jour.

Pommade à l’aigremoine mélanger le contenu de deux mains réunies de feuilles, de fleurs et de tiges coupées menu pour 250 g de saindoux.

L’Aigremoine vue par le Dr Bach

L’Aigremoine (ou Agrimony) est destinée aux personnes qui dissimulent leurs problèmes sous une façade de plaisir et de bonheur. L’archétype de la personne Agrimony serait le clown triste, souffrant d’angoisses internes tout en étant la vie et l’âme de la fête. Ses amis sont souvent les derniers à savoir que quelque chose ne va pas.

Aigremoine + boutonParfois, les personnes Agrimony se tournent vers l’alcool ou les drogues pour les aider à rester « heureux ». Ils ont tendance à ne pas aimer être seuls : le masque glisse quand ils ne sont pas entourés. Ils recherchent des amis, des fêtes et des événements sociaux. Mais la nuit, quand ils se retrouvent seuls avec leurs pensées, la tourmente qu’ils ont réprimée revient les hanter.

Agrimony nous aide à nous réconcilier avec le côté sombre de notre vie et de notre personnalité, afin que nous puissions devenir des êtres humains plus authentiques. Nous conserverons notre sens de l’humour ou notre capacité à affronter les journées. Rire de nos problèmes nous aidera à les dissiper plutôt qu’à les cacher. Comme remède d’humeur, Agrimony accompagne toute personne cherchant à éviter ses difficultés en utilisant l’humour et les faux-semblants pour échapper à une douloureuse réalité.

La description du Dr Bach
Les personnes Agrimony sont joviales, gaies, pleines d’humour, qui aiment la paix et que les discussions ou disputes affligent tant qu’afin de les éviter, elles sont prêtes à renoncer à beaucoup. Bien que généralement elles aient des problèmes et soient tourmentées et agitées et inquiètes mentalement ou physiquement, elles cachent leurs soucis derrières l’humour et les plaisanteries et sont considérées comme de très bons amis à fréquenter. Elles abusent souvent de l’alcool ou des drogues, pour se stimuler et s’aider à supporter leurs épreuves avec bonne humeur

Sources :

• Centre Bach : www.bachcentre.com
• Books of Dante : www.booksofdante.wordpress.com
• Doctissimo : www.doctissimo.fr
• Herbes médicinales : www.herbes-medicinales.ca
• Jardinage ooreka : www.jardinage.ooreka.fr
• Wikipédia : www.fr.wikipedia.org

Des livres pour aller plus loin :

La Santé à la Pharmacie du Bon Dieu de Maria Treben – Ed. Ennsthaler Steyr
Les conseils pratiques des plantes médicinales prodigués dans cet ouvrage ont fait des milliers de fois la démonstration de leur efficacité. Vendu à plus de 8 millions d exemplaires, dans 23 langues et déjà un grand succès en édition française. La santé à la Pharmacie du Bon Dieu – Conseils et pratique des simples (des plantes médicinales) de Maria Treben, vous donne des conseils sur les plantes médicinales. Ce livre présente 31 plantes majeures (les simples), des conseils généraux sur l’herboristerie (cueillette, séchage…), la recette de l’élixir du Suédois et comment faire face à diverses maladies. Il y a aussi des planches en couleurs, utiles pour faire la cueillette soi-même. Un livre très pratique pour tous ceux qui utilisent les plantes médicinales.

Petit Larousse des plantes qui guérissent, de Gérard Debuigne, François Couplan, Thierry Folliard (Auteurs) – Editions Larousse 2009

Du bon usage des plantes qui soignent, de Jacques Fleurentin – Editions Ouest-France

Plantes de bien-être : Du bon usage des plantes qui soignent, de Camifolia – Editions Ouest-France

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *